Nouvelles


« Retour


Gérer une équipe virtuelle : les 3 règles d’or de François Ravenelle, PDG d’Inversago Pharma
30 août 2018

François Ravenelle, PDG et fondateur d’Inversago Pharma, une biotech montréalaise qui s’attaque au traitement du syndrome de Prader-Willi (SPW), vient tout juste de clôturer une ronde de financement de série A de 7M$.  L’entreprise étant en pleine croissance, François Ravenelle gère maintenant une équipe de collaborateurs basés aux quatre coins de l’Amérique du Nord.  Portrait d’un entrepreneur des temps modernes.

 

UN CHANGEMENT DE PARADIGME

Alors qu’auparavant les grandes compagnies pharmaceutiques effectuaient majoritairement elles-mêmes leurs activités de R&D, le modèle d’affaire des petites biotechs était déjà basé sur l’externalisation de leur R&D, ces dernières ne possédant pas les ressources nécessaires à l’interne.   Pour diverses raisons — la principale étant de demeurer compétitives sur le marché, les grandes pharmas ont tranquillement adopté un modèle similaire, ce qui a provoqué une explosion de la demande pour les collaborateurs indépendants et les CROs, un terme anglophone faisant référence aux « Contract Research Organizations ».

 

LE DÉFI DE GÉRER UNE ÉQUIPE VIRTUELLE

Ces CROs, appelées en français partenaires industriels, et collaborateurs indépendants, constituent la pierre angulaire de l’équipe dirigée par François Ravenelle.  « On peut vraiment aller loin en investissant 1$ dans la sous-contraction de ses activités de R&D.  Faire affaire avec des partenaires industriels est le nouveau modèle dominant, car ce modèle ouvre les portes de l’innovation et permet à des plus petits de faire compétition aux grands de l’industrie » explique ce dernier.

Comptant une dizaine de collaborateurs indépendants et des partenaires industriels basés au Québec, aux États-Unis et même en Europe, le modèle d’affaire d’Inversago implique une gestion virtuelle de son équipe, ce qui comporte son lot de défis pour un PDG.  François Ravenelle nous partage ses 3 règles d’or qui lui permettent de relever ce défi avec brio.

 

Communiquer clairement ses besoins

« J’ai vécu une expérience où, à mes dépens, des consultants hyper motivés ont fait plus que ce qui était demandé.  Vous me direz que ce n’est pas négatif.  Cependant, c’est moins drôle quand on reçoit la facture » nous raconte avec humour François Ravenelle.   Sans prêter de mauvaises intentions à ces collaborateurs, cet épisode a appris au PDG d’Inversago à communiquer clairement ses besoins, ainsi que ses limites, dès le début.

« Quand on est une startup, chaque dollar compte.  Les contracteurs ne sont pas toujours conscients du plan global et de leur rôle à l’intérieur de ce dernier.  C’est le devoir du PDG de garder le contrôle sur les opérations et de communiquer formellement les directives à suivre » ajoute François.

 

La valeur de rencontrer les gens en personne

« Je parle à tous mes collaborateurs plusieurs fois par semaine.  Cela dit, le téléphone ne remplace pas toujours l’efficacité d’une rencontre en personne.  Tout dépendamment de leur localisation, j’essaie de les rencontrer 1 à 2 fois par mois » souligne François.

Basé au 18e étage d’un immeuble de Montréal, ce dernier est géographiquement près de la majorité de son équipe.  Il considère important de les rencontrer sur une base régulière, notamment pour maintenir un niveau de motivation et d’engagement.

« Oui, ce sont des contractuels qui sont habitués de travailler à distance, mais nous sommes tous des êtres humains à la base.  Bâtir un rapport humain avec son équipe est important, car je crois que cela impacte positivement la productivité ainsi que l’engagement envers la mission de l’entreprise » nous mentionne-t-il.

 

L’appropriation de la mission

« Le modèle virtuel est avantageux sur toute la ligne, à l’exception de l’efficacité de la communication interne et le sentiment d’appartenance à la mission » nous dit François.

En effet, il faut un PDG passionné par son produit et son rôle de leader pour parvenir à faire ressentir ce même sentiment d’appartenance à son équipe.  « Si la motivation du PDG ne transparaît pas dans son travail et dans sa façon de communiquer, pourquoi un contractuel aurait-il envie de croire en la mission de l’entreprise? »  souligne-t-il.

Au final, le dénominateur commun qui semble résumer les 3 règles d’or ci-dessus est l’importance de la communication :  elle doit être claire, pertinente et porteuse d’un message inspirant aux yeux de chacun.

 

À VENIR POUR INVERSAGO

« Inversago est encore une compagnie relativement jeune, mais je suis fier de l’immense progrès que nous avons effectué jusqu’à maintenant » ajoute François. La prochaine année nous permettra de poursuivre le développement de notre produit phare, dans le but de lancer des essais cliniques.

Pour clore notre entretien, je lui lance une question qui semble le surprendre : « Et toi François, comment demeures-tu motivé alors que tu n’es pas physiquement entouré de ton équipe? »    Il réfléchit.   « C’est certain que je préfèrerais être physiquement entouré de mon équipe.  Cela dit, la communauté locale des PDG de startups est très solidaire, et je peux aller puiser de l’inspiration lorsque j’en ai besoin.  Je bénéficie également de l’apport d’investisseurs stratégiques qui sont disponibles à l’autre bout du fil.  Je suis vraiment bien entouré » termine-t-il.

 

À propos d’Inversago Pharma

Inversago Pharma est une société biotechnologique spécialisée qui développe de nouvelles générations d’agonistes/antagonistes inverses du récepteur cannabinoïde de type 1 (CB1) restreints à la périphérie, en vue du traitement du syndrome de Prader-Willi (SPW), du diabète de type 1 (DT1), de l’obésité et d’autres troubles métaboliques, telle que la stéatose hépatique non-alcoolique (NASH). Inversago possède la technologie visant à contrer les limites associées à la première génération d’inhibiteurs de CB1 et à exploiter leur plein potentiel médical. Pour davantage de renseignements, visitez inversago.com.

 

À propos d’Anges Québec

Fondé en 2008, Anges Québec est un réseau de plus de 200 anges investisseurs qui a pour mission de permettre à ses membres de réaliser des investissements profitables.  Les membres du réseau d’Anges Québec ont, à ce jour, investi plus de 75 M$ dans l’économie québécoise, totalisant plus de 177 investissements dans plus de 100 entreprises innovantes.  Grâce à son centre de développement professionnel, Anges Québec soutient ses membres dans l’acquisition constante de nouvelles connaissances et compétences inhérentes à l’investissement.

 

– 30 –

Renseignements et entrevues

Stéphanie Schwanen, directrice communications et communauté | Anges Québec

Tél. : (514) 895-7622 |   stephanie.schwanen@angesquebec.com